Polémiques d'hier et d'aujourd'hui

Le géant du nucléaire Areva visé par une enquête judiciaire

Il ne faut pas chercher plus loin les raisons de son absence du gouvernement Valls, dans lequel sa présence était annoncée. L'exécutif tient désormais à distance Anne Lauvergeon, l'ancienne patronne d'Areva (2001-2011), le géant français du nucléaire. En effet, selon les informations du Monde, c'est parce que la gestion de Mme Lauvergeon fait l'objet de deux enquêtes distinctes, dont nous révélons l'existence, que cette dernière n'a pas obtenu le maroquin qui lui semblait destiné...

Le géant du nucléaire Areva visé par une enquête judiciaire

lemonde.fr
Lire la suite

Areva : l'affaire Uramin rebondit en Afrique du Sud

Au moment où Pretoria se prépare à relancer un appel d'offres nucléaire, un quotidien sud-africain affirme que Areva a surpayé Uramin en 2007 afin de s'assurer des contacts politiques décisifs pour emporter le premier appel d'offres, en cours à l'époque. En vain, puisque la compétition a alors été suspendue.SUR LE MÊME SUJETLes révélations sur Uramin de Mail & GuardianUramin : Anne Lauvergeon épinglée par un rapport parlementaireUramin: nouveaux recours en justice d'Anne LauvergeonAreva aurait été escroqué lors du rachat d'Uramin

L'affaire Uramin n'est peut être pas finie. Tandis que tout le monde s'interroge depuis plus d'un an sur les raisons qui ont poussé Areva et sa patronne d'alors, Anne Lauvergeon, à surpayer en 2007 trois mines d'uranium en Afrique, le quotidien sud africain Mail & Guardian donne une nouvelle version de l'histoire

latribune.fr
Lire la suite

Areva en Afrique, l'affaire Uramin

La santé financière d'Areva laisse à désirer. On pourrait sourire des déconvenues du géant du nucléaire, dont on dénonce depuis longtemps les mé­faits en Afrique et ailleurs, si ce n'étaient les salariés, européens et africains, qui feront les frais du milliard d'euros d'économies que le groupe doit réaliser d'ici 2015.

En cause, les mésaventures de la construction de l'EPR finlandais (cinq ans de retard, le double du prix initialement prévu) et les répercussions de la catastrophe nucléaire de Fukushima sur le marché des centrales et du combustible. Mais aussi une dette importante (3,7 milliards d'euros - dont la note a été dégradée de « stable » à « négative » par l'agence Standard & Poor's), en grande partie liée à une politique d'acquisition hasardeuse et aujourd'hui considérée comme suspecte.

afriquesenlutte.org
Lire la suite

URAMIN - AREVA - LAUVERGEON : Opération de corruption ?

Affaire URAMIN - AREVA - LAUVERGEON :

L'Observatoire du nucléaire dénonce le silence de Libération... et d'autres médias

L'EPR français ne peut être vendu qu'avec de lourdes contreparties occultes. L'affaire URAMIN-AREVA-LAUVERGEON vient de connaître un incroyable rebondissement qui crée des remous à l'étranger... mais qui est totalement ignoré à ce jour par les médias français à l'exception notable de LaTribune.fr (*). Le grand quotidien sud-africain Mail and Guardian (**) révèle que, si Areva a lourdement surpayé la société minière Uramin en 2007, ce n'était pas par erreur : il s'agissait d'une véritable opération de corruption qui devait permettre à Areva, en retour, de vendre des réacteurs EPR à l'Afrique du Sud.

mediapart.fr
Lire la suite