Ce site est en "stand by" suite à une "chronophagie" aigue de ses administrés... Si vous avez envie de vous investir dans ce difficile exercice d'objectivité journalistique, nous pouvons vous accompagner et vous laisser la liberté de publier. Contactez-nous !

 

 

La Valls des pantins : "J'assume !" NOUS AUSSI ! (Site apolitique)

NB : non, non, notre ONG ne se mêle pas de politique, sauf s'il y a atteinte à la dignité humaine

Souviens-toi citoyen du Pays des Droits de l'Homme :
bleu qui fait bleu, vaut mieux que rose qui fait bleu

LA VALLS DES PANTINS : "J'ASSUME !" NOUS AUSSI ! (SITE APOLITIQUE)

C'était la première épreuve du gouvernement Valls. Ce mardi, l'Assemblée nationale a adopté le plan d'économies de 50 milliards d'euros par 265 voix pour, 232 contre et 67 abstentions. Pas moins de 41 députés socialistes se sont abstenus

terresacree.org
Lire la suite

Pour Valls, le plan d'économies n'est « pas un plan d'austérité »

Une semaine après son discours de politique générale, le premier ministre Manuel Valls a dévoilé, mercredi 16 avril, le détail du plan de 50 milliards d'euros d'économies d'ici à 2017, pendant du pacte de responsabilité et de solidarité voulu par François Hollande. « Ces efforts seront justes car ils seront collectifs (...) et équitablemement répartis », a-t-il promis.

Le programme de stabilité sera présenté au conseil des ministres du 23 avril, puis soumis au vote des députés le 30 avril. Ces mesures « trouveront leur traduction dans les textes financiers qui seront présentés avant l'été », a-t-il ajouté

lemonde.fr
Lire la suite

Manuel Valls détaille son plan d'économies de 50 milliards : avis de tempête au PS, la droite critique, colère des syndicats

Sur la fond et sur la forme, les annonces du Premier ministre font des remous au sein de la classe politique. Et surtout au sein de la majorité.

Les réactions de gauche comme de droite ont afflué après le discours de Manuel Valls ce mercredi matin. Le Premier ministre a détaillé son plan de 50 milliards d'euros d'économies. Dans sa déclaration à l'issue du conseil des ministres, il a précisé que 18 milliards d'euros d'économies seraient réalisés sur l'Etat, 11 milliards sur les collectivités territoriales, 10 milliards sur les dépenses de santé et 11 milliards sur les autres dépenses de sécurité sociale. Des annonces largement commentées.

atlantico.fr
Lire la suite

Quel enjeu pour cette visite ?

Valls à Rome : grand bien lui fasse !

Souhaitons un bon voyage à Manuel Valls, et rappelons-lui dès son retour que nous n'accepterons jamais la dissolution de la France chrétienne dans un rêve d'universalité destructeur.

Manuel Valls a annoncé qu'il se rendrait à Rome pour assister aux canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII. Les catholiques retiennent leur souffle : deux visites à Rome en quelques jours, il pourrait finir par être touché par la grâce... Les voies de Dieu sont impénétrables, après tout !

bvoltaire.fr
Lire la suite

Manuel Valls représentera la France à la canonisation de Jean-Paul II

Le symbole a pour objectif pour redorer la cote d'amour du pouvoir socialiste français parmi l'électorat catholique, au plus bas depuis l'épisode du "mariage pour tous".

En octobre 2012, Manuel Valls alors ministre de l'Intérieur, et donc des cultes, avait assisté à Rome à la canonisation du jésuite français Jacques Berthieu. Nouveau Premier ministre, il représentera la France au Vatican, le 27 avril prochain à Rome, pour la double canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II, selon L'Opinion lundi.

bfmtv.com
Lire la suite

Manuel Valls à Rome : « Il y a de quoi être amer »

Julie Graziani, porte-parole du collectif Ensemble pour le bien commun, réagit à l'annonce de la présence du Premier ministre aux canonisations de Jean XXIII et Jean-Paul II.

Le 27 avril prochain le nouveau Premier Ministre, Manuel Valls, assistera à Rome à la double canonisation des Papes Jean-Paul II et Jean XXIII. Les commentateurs ironisent sur le revirement de François Hollande qui avait, comme secrétaire du Parti Socialiste en 2011, considéré la présence de François Fillon à la béatification de Jean-Paul II comme « particulièrement choquante ».Ils y voient la volonté de témoigner aux catholiques de France une marque de sympathie sur un sujet qui les touche.

famillechretienne.fr
Lire la suite

Pourquoi ce silence des grands médias ?

François ASSELINEAU – Président de l'UPR

François ASSELINEAU est né le 14 septembre 1957 à Paris.

Bachelier scientifique mention Très Bien, Diplômé d'HEC Paris en 1980, il a été reçu au concours d'entrée à l'ENA à l'issue de son service national en 1982.

Sorti deuxième de la voie d'administration économique en 1985 (Promotion Léonard de Vinci), il a choisi le grand Corps de l'Inspection générale des finances.

Il a notamment été chargé de mission auprès du Président du Crédit National puis chef du bureau Asie-Océanie à Bercy avant d'être appelé, en 1993, comme conseiller pour les affaires internationales au cabinet de Gérard Longuet, ministre de l'Industrie et du Commerce extérieur du gouvernement Balladur.

upr.fr
Lire la suite

L'incroyable et inique censure de François Asselineau et de l'UPR sur Wikipédia

Cette vidéo est une petite capsule réalisée par l'UPR, le parti fondé par François Asselineau, pour dénoncer le deux poids deux mesures dont lui et son parti sont victimes sur Wikipédia.

Lire la vidéoComme je ne cesse de le dire, pour l'avoir expérimenter directement pendant plus de 4 mois directement, l'encyclopédie libre est noyautée par toute une kyrielle de malfaisants et d'intérêts qui ont rendus Wikipédia infernal du point de vue des éditeurs (les rédacteurs d'article).

agoravox.tv
Lire la suite

François Asselineau : "M. Jean-Jacques Bourdin déshonore sa profession"

François Asselineau, président de l'Union Populaire Républicaine, répond aux propos tenus à son encontre par Jean-Jacques Bourdin lors du Salon du livre 2014.

Lire la vidéo

youtube.com
Lire la suite

Titre

Non à l'UPR et Asselineau !!

Hier le "souveraino-populo-républico-facho" Asselineau a ouvert un blog Médiapart. Certes, il en a tout à fait le droit. Cependant, outre que ses billets sont volontairement fermés aux commentaires ce qui ne prouve pas une réelle ouverture d'esprit et de débat, son introduction au sein du "Club" sent donc plutôt l'opération de communication à la sauce prédicateur.

Beaucoup de médiapartiens s'en sont émus et ont légitimement réagis.

Nous rééditons ce jour l'article que nous avions édités en novembre 2012 et qui était une réponse à Deva68 et qui avait vu se mettre à jour Gille Marceau. Ainsi, un an jour pour jour après la tentative de l'UPR par quelques uns de ses nervis de venir faire son marché à médiapart, nous devons toutes et tous répondre à nouveau présent contre ce type d'idéologie qui ne sert, quoiqu'elle s'en défende, que le capitalisme le plus mortifère et le nationalisme le plus puant .

blogs.mediapart.fr
Lire la suite

 

Hollande financé par un lobby israélo-américain: le témoignage-clé a été censuré

INFO PANAMZA. Le premier média en ligne de la communauté juive aux Etats-Unis a fait disparaître son article relatif au financement israélo-américain de François Hollande durant la campagne des primaires socialistes de 2011.

Souvenez-vous: le 28 février, un article intitulé "Un lobby israélo-américain a financé François Hollande pour battre Martine Aubry" était publié par Panamza.

alterinfo.net
Lire la suite

Un lobby israélo-américain a financé François Hollande pour battre Martine Aubry

Un homme d'affaires américain dévoué à la cause sioniste affirme que François Hollande avait reçu de l'argent via son organisation lors des primaires socialistes de 2011.

Le 4 décembre 2013, le site d'un hebdomadaire de la communauté juive californienne, dénommé The Jewish Journal, a publié un article détonnant -et jusqu'alors passé inaperçu- à propos de l'activisme pro-israélien en France.

panamza.com
Lire la suite

François Hollande a-t-il été financé par Israël ?

Et si on jouait à faire comme Le Point en insinuant, ainsi que le magazine l'a fait pour Copé, que hollande n'aurait pas les fesses toutes propres question pépètes ? Jouons donc et rappelez-vous des primaires citoyennes. Ils sont six à se présenter aux suffrages des militants, le gagnant du concours représentera les forces du progrès dans la course à l'Elysée. Pour que chacun puisse faire campagne correctement, le coffre-fort du PS est ouvert et un budget de 50 000 euros est alloué à chaque candidat (sauf Baylet). Mais comme bien souvent avec le PS, si en apparence tout semble clair, le flou régnera sur le financement global de cette campagne.

corto74.blogspot.fr
Lire la suite

La drôle de campagne de François Hollande

Le candidat à la primaire socialiste tiendra sa première grande réunion publique de campagne ce mercredi. Mais cette campagne, lancée très tôt, interroge. Et agace.

L'ancien secrétaire national du PS et candidat à l'investiture socialiste pour 2012 passe la vitesse supérieure. Après l'opération séduction lancée auprès des jeunes au Printemps de Bourges, François Hollande tiendra son premier meeting de campagne ce mercredi soir à Clichy-la-Garenne dans les Hauts-de-Seine.

lexpress.fr
Lire la suite

Union européenne et libéralisme...

Le traité transatlantique, un typhon qui menace les Européens

Engagées en 2008, les discussions sur l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne ont abouti le 18 octobre. Un bon présage pour le gouvernement américain, qui espère conclure un partenariat de ce type avec le Vieux Continent. Négocié en secret, ce projet ardemment soutenu par les multinationales leur permettrait d'attaquer en justice tout Etat qui ne se plierait pas aux normes du libéralisme.

Imagine-t-on des multinationales traîner en justice les gouvernements dont l'orientation politique aurait pour effet d'amoindrir leurs profits ? Se conçoit-il qu'elles puissent réclamer — et obtenir ! — une généreuse compensation pour le manque à gagner induit par un droit du travail trop contraignant ou par une législation environnementale trop spoliatrice ? Si invraisemblable qu'il paraisse, ce scénario ne date pas d'hier

monde-diplomatique.fr
Lire la suite

Le partenariat transatlantique de commerce et d'investissement : PTCI (ou TAFTA ou TTIP) Ou comment s'enchainer à l'Empire américain

L'autre soir, plein d'ardeur printanière, je suis allé assister à une conférence de Raoul Marc Jennar (RMJ) sur le PTCI. Un coup de chapeau à RMJ capable de décortiquer les méandres de ce texte pendant deux heures, tout en restant clair, lucide et en captivant son public !

Mais alors, au retour, plus d'ardeur printanière, mais le moral dans les chaussettes !

En effet, comme souvent, la réalité est encore pire que la fiction !

J'avais déjà une petite idée bien négative de l'initiative, à ranger au compte libéral de l'UE, façon Lisbone-TCE-remis-sur-un-plateau-malgré-le-Non, as usual, sans plus.

Déjà l'article d'Agoravox de J.Dulourd avait précisé quelques points bien inquiétants sur les atteintes aux droits sociaux, au droit du travail, aux services publics et à la souveraineté des états eux-mêmes face aux grands groupes multinationaux ;

agoravox.fr
Lire la suite

Qu'est-ce que le TTIP?

Le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP) est un accord commercial en cours de négociation entre l'Union européenne et les États-Unis.

Il vise à éliminer les barrières commerciales dans de nombreux secteurs économiques afin de faciliter l'achat et la vente de biens et de services entre l'UE et les États-Unis.

En plus de réduire les droits de douane dans divers secteurs, l'UE et les États-Unis veulent s'attaquer aux obstacles existant derrière les frontières - comme les différences de règlements techniques, normes et procédures d'approbation. Ceux-ci coûtent souvent inutilement du temps et de l'argent pour les entreprises qui veulent vendre leurs produits sur les deux marchés. Par exemple, quand une voiture est déclarée sûre dans l'Union européenne, elle doit se soumettre à une nouvelle procédure d'homologation aux États-Unis, même si les normes de sécurité sont similaires.

ec.europa.eu
Lire la suite

Des nouvelles du marché transatlantique

Où en sont les négociations concernant le traité de libre-échange transatlantique entre l'Union européenne et les États-Unis ?

Des nouvelles du marché transatlantiqueHistorique

Suite à l'approbation de la version définitive du mandat de négociation donné à la Commission européenne par les ministres du Commerce lors du Conseil du 14 juin 2013, le lancement des négociations n'a pas tardé. Depuis juillet, trois cycles de négociations ont eu lieu.

Le premier cycle de négociations sur le marché transatlantique a eu lieu à Washington du 8 au 12 juillet 2013. Ce premier cycle de négociations n'en était pas vraiment un ; il s'agissait plutôt d'une première réunion de « défrichage » durant laquelle ont été abordés près de 20 domaines que le marché transatlantique entend couvrir.

contrepoints.org
Lire la suite

Polémiques d'hier et d'aujourd'hui

Le géant du nucléaire Areva visé par une enquête judiciaire

Il ne faut pas chercher plus loin les raisons de son absence du gouvernement Valls, dans lequel sa présence était annoncée. L'exécutif tient désormais à distance Anne Lauvergeon, l'ancienne patronne d'Areva (2001-2011), le géant français du nucléaire. En effet, selon les informations du Monde, c'est parce que la gestion de Mme Lauvergeon fait l'objet de deux enquêtes distinctes, dont nous révélons l'existence, que cette dernière n'a pas obtenu le maroquin qui lui semblait destiné...

Le géant du nucléaire Areva visé par une enquête judiciaire

lemonde.fr
Lire la suite

Areva : l'affaire Uramin rebondit en Afrique du Sud

Au moment où Pretoria se prépare à relancer un appel d'offres nucléaire, un quotidien sud-africain affirme que Areva a surpayé Uramin en 2007 afin de s'assurer des contacts politiques décisifs pour emporter le premier appel d'offres, en cours à l'époque. En vain, puisque la compétition a alors été suspendue.SUR LE MÊME SUJETLes révélations sur Uramin de Mail & GuardianUramin : Anne Lauvergeon épinglée par un rapport parlementaireUramin: nouveaux recours en justice d'Anne LauvergeonAreva aurait été escroqué lors du rachat d'Uramin

L'affaire Uramin n'est peut être pas finie. Tandis que tout le monde s'interroge depuis plus d'un an sur les raisons qui ont poussé Areva et sa patronne d'alors, Anne Lauvergeon, à surpayer en 2007 trois mines d'uranium en Afrique, le quotidien sud africain Mail & Guardian donne une nouvelle version de l'histoire

latribune.fr
Lire la suite

Areva en Afrique, l'affaire Uramin

La santé financière d'Areva laisse à désirer. On pourrait sourire des déconvenues du géant du nucléaire, dont on dénonce depuis longtemps les mé­faits en Afrique et ailleurs, si ce n'étaient les salariés, européens et africains, qui feront les frais du milliard d'euros d'économies que le groupe doit réaliser d'ici 2015.

En cause, les mésaventures de la construction de l'EPR finlandais (cinq ans de retard, le double du prix initialement prévu) et les répercussions de la catastrophe nucléaire de Fukushima sur le marché des centrales et du combustible. Mais aussi une dette importante (3,7 milliards d'euros - dont la note a été dégradée de « stable » à « négative » par l'agence Standard & Poor's), en grande partie liée à une politique d'acquisition hasardeuse et aujourd'hui considérée comme suspecte.

afriquesenlutte.org
Lire la suite

URAMIN - AREVA - LAUVERGEON : Opération de corruption ?

Affaire URAMIN - AREVA - LAUVERGEON :

L'Observatoire du nucléaire dénonce le silence de Libération... et d'autres médias

L'EPR français ne peut être vendu qu'avec de lourdes contreparties occultes. L'affaire URAMIN-AREVA-LAUVERGEON vient de connaître un incroyable rebondissement qui crée des remous à l'étranger... mais qui est totalement ignoré à ce jour par les médias français à l'exception notable de LaTribune.fr (*). Le grand quotidien sud-africain Mail and Guardian (**) révèle que, si Areva a lourdement surpayé la société minière Uramin en 2007, ce n'était pas par erreur : il s'agissait d'une véritable opération de corruption qui devait permettre à Areva, en retour, de vendre des réacteurs EPR à l'Afrique du Sud.

mediapart.fr
Lire la suite

 

Valls veut démanteler la République !

En proposant la réduction « de moitié » des régions et la suppression des départements, Manuel Valls veut accélérer le processus de démantèlement des États-nations voulu par l'U.E. et les USA.

Ce fut sans doute le point le plus important de son discours de politique générale prononcé ce mardi à l'Assemblée nationale : en proposant la réduction « de moitié » des régions (pour 2017) et la suppression des départements (à l'horizon 2021), Manuel Valls veut visiblement accélérer le processus de démantèlement des États-nations voulu par l'Union européenne et les États-Unis.

bvoltaire.fr
Lire la suite

Départements, régions : Valls veut un redécoupage

Les Conseils départementaux, qui remplacent les Conseils généraux, pourraient disparaître à horizon 2021, a annoncé le Premier ministre Manuel Valls ce mardi.

La volonté politique de réduire le nombre de régions et de supprimer des échelons administratifs se confirme. Ce mardi, lors de son discours de politique générale à l'Assemblée nationale, le Premier ministre Manuel Valls a proposé «de réduire de moitié le nombre de régions» d'ici 2017, et de supprimer les conseils départementaux (nouvelle appellation des conseils généraux) «à l'horizon 2021». 

leparisien.fr
Lire la suite

Oui à la suppression des conseils départementaux !

La boîte à désinformer (pour ne pas dire la boîte à conneries) est déjà grande ouverte suite à l'annonce du premier Ministre de supprimer les Conseils Départementaux en 2021.

Le Conseil départemental, kézako ?

Anciennement appelé Conseil Général, le Conseil Départemental est l'Assemblée qui règle par ses délibérations les affaires relevant de sa compétence (Action sociale, routes départementales, collèges, transports scolaires et interurbains, etc...). Le Conseil Départemental est composé de Conseillers départementaux élus dans le cadre des cantons. La récente réforme du mode d'élection introduit la parité dans cette assemblée par l'élection d'un binôme homme/femme par canton.

agoravox.fr
Lire la suite

P. Jovanovic sur la réforme des régions : « Manuel Valls applique une directive de Goldman Sachs"

Entretien avec Pierre Jovanovic autour de quatre thèmes :
1 – L'annonce de la réforme de la carte des régions par Manuel Valls

infodivergence-lire-la-video

agoravox.tv
Lire la suite

Et si on écoutait les deux avec une oreille chacun ?

Montebourg, Sapin : à Berlin, un tandem, deux discours

DISSONANCE - Les deux locataires de Bercy se sont rendus à Berlin pour parler économie. Mais leurs discours ont divergé.

Montebourg, Sapin : à Berlin, un tandem, deux discoursMichel Sapin, ministre des Finances et Arnaud Montebourg, ministre de l'Economie étaient en déplacement lundi à Berlin, pour une première prise de contact avec leurs homologues allemands. Au moment où la France doit présenter un plan d'économies de 50 milliards d'euros et faire profil bas pour obtenir un délai supplémentaire pour réduire son déficit sous la barre des 3%, les deux locataires de Bercy n'ont pas joué la même mélodie. Il faut dire qu'ils ne se sont pas croisés pour accorder leurs violons et n'ont pas pris le même avion pour répéter leur chanson.

europe1.fr
Lire la suite

Sapin et Montebourg à Berlin en ordre dispersé

Ils sont venus séparément en Allemagne pour convaincre du sérieux économique de la France.

Pour convaincre Berlin du sérieux économique de la France, ils sont venus à deux et en ordre dispersé. Lundi, le nouveau duo de Bercy, le ministre des Finances, Michel Sapin, et le ministre de l'Économie, Arnaud Montebourg, ont rencontré leurs homologues Wolfgang Schäuble et Sigmar Gabriel dans la capitale allemande. Mais les deux hommes ne se sont pas croisés de la journée. Ils n'ont même pas pris les mêmes avions de ligne. La faute aux agendas des ministres allemands, assure Michel Sapin, qui ne semblait cependant pas mécontent de laisser Arnaud Montebourg à son programme.

À midi, tandis que le premier s'attardait au ministère des Finances, le deuxième déjeunait à l'ambassade de France, à quelques centaines de mètres. «Nous pouvons avoir des personnalités différentes, des manières de s'exprimer différentes et travailler dans une seule direction, au service d'une seule politique, a rappelé sobrement Michel Sapin en refusant de commenter la visite parallèle d'Arnaud Montebourg. C'est avec Sigmar Gabriel qu'il va discuter.»

lefigaro.fr
Lire la suite

A Berlin, les ministres Sapin et Montebourg « cohabitent »

Michel Sapin, ministre des finances et Arnaud Montebourg, ministre de l'économie effectuent lundi 7 avril un « déplacement commun » à Berlin, selon les mots du premier. A ce petit détail près que les deux ministres n'ont pas voyagé ensemble, ne se sont pas croisés et n'ont eu aucun interlocuteur allemand en commun.

A Berlin, les ministres Sapin et Montebourg « cohabitent »Arrivé le premier, Michel Sapin a eu trois entretiens avec le ministre allemand des finances Wolfgang Schäuble (qu'il appelle Schoble) : un entretien en tête à tête, puis une rencontre avec leurs équipes (dont Ramon Fernandez, directeur du Trésor depuis mars 2009) et enfin un déjeuner.

Arnaud Montebourg devait d'abord rencontrer quelques chefs d'entreprise français et allemands, puis trois économistes et enfin, durant 40 minutes, son homologue Sigmar Gabriel, ministre de l'économie et de l'énergie et président du SPD. A chacun des deux ministres son objectif. Michel Sapin entendait expliquer à Wolfgang Schäuble le contenu du pacte de responsabilité et le détail des 50 milliards d'économie que la France veut faire.

lemonde.fr
Lire la suite

A Berlin, Montebourg et Sapin endossent chacun leur rôle

«?La question des comptes publics est une question accessoire par rapport à la croissance »?, a déclaré Arnaud Montebourg. Plus tôt ce lundi, Michel Sapin a lui assuré que les engagements seront tenus au niveau du déficit de la France. Les deux ministres se trouvaient à Berlin pour y rencontrer leurs homologues allemands respectifs.

«?La question des comptes publics est une question accessoire par rapport à la croissance (...) La croissance, c'est elle qui crée des emplois, les comptes publics ça ne crée aucun emploi, ça peut même en détruire?(...)?C'est le message que j'adresse ici à nos amis allemands, qui d'ailleurs font preuve de compréhension.?» C'est ce qu'a déclaré le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, ce lundi sur I>Télé, lors d'une visite à Berlin, où il a rencontré son homologue allemand Sigmar Gabriel.

La France tiendra ses engagements budgétaires, avait déclaré plus tôt ce lundi Michel Sapin. Le nouveau ministre des Finances a promis de prendre des décisions «?dures?» et «?courageuses?» en ce qui concerne le déficit, et a ajouté que le coeur du programme gouvernemental était d'accroître la compétitivité des entreprises. II a aussi affirmé que la France discuterait de l'équilibre entre la croissance et les économies avec la Commission européenne. Fin février, celle-ci avait fait savoir qu' elle ne croyait pas à la réduction du déficit public français à moins de 3% en 2015 .

lesechos.fr
Lire la suite

Approuvée par les uns, décriée par les autres

Ségolène Royal, une « écolo-compatible » ?

La plus écologiste des socialistes selon certains, un chantre de la croissance et du productivisme pour d'autres, l'arrivée de Ségolène Royal à la tête du ministère de l'Ecologie reçoit un accueil mitigé chez les Verts.

Tout juste nommée, la nouvelle ministre va devoir se pencher sur le délicat dossier de la transition énergétique, cher aux écologistes. S'ils ont quitté le gouvernement, ceux-ci n'en suivront pas moins de très près le travail de cette socialiste qui a fait de l'écologie son credo politique.

politis.fr
Lire la suite

Le retour en grâce de Ségolène Royal

Ségolène Royal revient sur le devant de la scène avec son poste au gouvernement à la tête d'un grand ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie. Elle retrouve donc la scène nationale et son ancien compagnon, avec qui elle a une "relation de proximité reconstruite", d'après l'entourage du chef de l'Etat.

Depuis une dizaine de jours, les fonctionnaires de la Région Poitou-Charente ne parlaient que du prochain départ à Paris de leur présidente. Mais à 60 ans, Ségolène Royal s'y préparait depuis beaucoup plus longtemps.

franceinfo.fr
Lire la suite

Ségolène Royal : personne ne veut travailler avec elle !

L'ex-présidente de la région Poitou-Charentes, désormais ministre, peine à trouver son secrétaire d'Etat. Au point que son ex-mari, le Président, doit intervenir en personne.

«Personne ne veut bosser avec Ségolène». Cette phrase, c'est un poids lourd du Parti Socialiste qui l'affirme auFigaro. La toute nouvelle ministre de l'Ecologie aurait les plus grandes peines du monde à recruter ses secrétaires d'Etat. Elle a souhaité avoir un secrétait d'Etat aux transports, qui serait rattaché au ministère de l'Ecologie.

valeursactuelles.com
Lire la suite

Ségolène Royal, Ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie

Ségolène Royal a été nommée par le Président de la République sur proposition du Premier ministre "Ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie". Une Ministre Verte ?

Ségolène Royal, Ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergieLa désignation de Ségolène Royal en qualité de Ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie est une bonne nouvelle a plusieurs titres.

arnaudgossement.com
Lire la suite

Les conséquences, bonnes ou mauvaises d'une sortie de l'Euro

Pourquoi il faut sortir de l'euro

L'économiste Frédéric Lordon publie "la Malfaçon", réflexion sur la manière dont la monnaie unique européenne a détruit les souverainetés populaires. Le livre le plus important avant les élections européennes. Il a répondu à "Marianne" en exclusivité.

emps où il était impossible d'émettre la moindre critique sur l'euro. La pensée économique était aussi unique que la monnaie et endormait les 324 millions de citoyens peuplant ladite zone euro. La crise de 2008, la plus longue et profonde depuis 1930, a balayé les certitudes au point que l'euro bashing serait presque devenu tendance

marianne.net
Lire la suite

François ASSELINEAU au Salon de l'Agriculture, le 02 mars

Lire la vidéo

youtube.com

 

Lire la suite

Sortir de l'euro, stratégie viable ou scénario du pire ?

Des voix de plus en plus nombreuses s'élèvent pour réclamer un « démontage » de l'euro et donc un retour vers le franc. Les arguments tournent autour de l'absence de compétitivité de l'industrie française qui se trouverait laminée par l'euro fort, ils sont souvent assortis de discours antiallemands assez primaires. Ces discours ont déjà été entendus au sujet de l'hypothèse du « Grexit », la sortie de la Grèce de la zone Euro.

lemonde.fr
Lire la suite

Le plan de bataille de Jacques Sapir pour sortir de l'euro si nécessaire

Universitaire et économiste, souvent classé à la gauche de la gauche, Jacques Sapir est spécialisé dans l'étude de la transition économique en Russie, pays qu'il connait bien et dont sa famille est originaire. Dans un texte qu'il vient de mettre en ligne, il détaille un véritable plan de bataille pour une sortie ordonnée de l'euro si celle-ci devient nécessaire. Il convient d'insister sur ce point : Jacques Sapir préférerait que l'Europe comprenne qu'elle doit cesser de sacrifier ses peuples, auquel cas il ne serait pas nécessaire de sortir de l'euro. Cependant, étant donné qu'il ne croit guère que l'Europe soit capable d'une telle remise en question, 

agoravox.fr
Lire la suite

...

On ne change pas une équipe qui perd !

Bon, je ne me ferai pas que des amis auprès des supporters des équipes de foot cités dans mon dessin, mais je ne m'y connais pas plus en foot que ces bras cassés en économie. Par contre, Valls était réputé pour son sens de l'humour qui lui faisait jalouser celui de Dieudo, mais à ce point !

On ne change pas une équipe qui perd

contrepoints.org
Lire la suite

Gouvernement: les coulisses d'un remaniement express

François Hollande a conduit son remaniement tambour battant avec la volonté de former un gouvernement resserré, à l'allemande, ont confié à l'AFP des proches du chef de l'Etat, dévoilant les coulisses et la logique de ce chambardement.

Au sommet de l'Etat, les cartes ont été rebattues en quelques heures, quand Jean-Marc Ayrault avait bénéficié d'une dizaine de jours pour former son premier gouvernement.

liberation.fr
Lire la suite

Un "gouvernement de combat" pour sortir la France de l'immobilisme... ou gérer les couacs ?

François Hollande n'a pas vraiment laissé le choix du gouvernement à Manuel Valls. Résultat : la composition de sa nouvelle équipe exacerbe les rivalités entre ministres, au risque d'obliger le nouveau locataire de Matignon à passer le plus clair de son temps à gérer les couacs qui ont déjà commencé de se produire plutôt que de sortir l'économie française de la stagnation.

atlantico.fr
Lire la suite

LE REMANIEMENT DES VANITEUX

Pas de plan B, pas de réserves

Ce remaniement n'est pas vraiment un non-événement, c'est un révélateur. Le président n'a pas de politique de rechange. La gauche est usée au niveau de son personnel politique. Le gouvernement, à peine formé, a révélé ce qu'est la politique française : des vaniteux dans un bocal parisien.

J'étais à paris, j'ai vu frétiller le monde des politiciens, des journalistes et communicants se croyant le centre de la France et le centre du monde. Des faiseurs, des pédants qui expliquent, puisque c'est eux le pouvoir, l'incapacité de notre pays à s'en sortir.

metamag.fr
Lire la suite

Assurance, méfiance ou espionnage ?

Nicolas et Carla Sarkozy font condamner Patrick Buisson

Dans l'affaire des enregistrements, Patrick Buisson doit verser 20.000 euros à l'ex-couple présidentiel.

Carla Bruni et Nicolas Sarkozy ont obtenu gain de cause. Les enregistrements illicites de Patrick Buisson ne seront plus accessibles et Atlantico a été sommé de les retirer de son site sous 24 heures. Le tribunal de grande instance de Paris a aussi condamné l'ancien conseiller de l'ex-président à verser uneprovision sur dommages et intérêts, évaluée à 10.000 euros. Les époux Sarkozy avaient en effet engagé une procédure d'urgence après la mise en ligne des extraits de conversations de Nicolas Sarkozy avec des proches, à la résidence de la Lanterne, sur l'éventualité d'un remaniement ministériel, en février 2011.

lefigaro.fr
Lire la suite

Patrick Buisson, portrait en sept questions

« Pour ma gauche, j'ai Guaino, pour ma droite, j'ai Buisson », résumait Nicolas Sarkozy au début de son quinquennat, en référence à ses deux conseillers à l'Elysée. A sa gauche donc, le gaulliste Henri Guaino et à sa droite, le maurassien Patrick Buisson.

Patrick Buisson, portrait en sept questions

Cet homme réputé discret est aujourd'hui au cœur de l'actualité politique. Le Pointrévélait mi-février qu'il avait enregistré des heures et des heures de réunions stratégiques à l'Elysée – à l'insu des protagonistes, évidemment. Bien qu'il s'en soit défendu et qu'il ait dit vouloir porter plainte pour diffamation, Le Canard enchainé et le site Atlantico ont diffusé des verbatims et des extraits sonores desdits enregistrements, plongeant la droite et les sarkozystes dans l'embarras.

Mais qui est ce personnage à la réputation sulfureuse à plus d'un titre, et dont l'ombre hante la présidence Sarkozy ? Portrait en questions.

lemonde.fr
Lire la suite

Selon son fils, Patrick Buisson a enregistré Sarkozy pour « se ménager l'avenir »

Le fils de Patrick Buisson, Georges, a affirmé lundi 10 mars que son père avait enregistré Nicolas Sarkozy du temps où il était son conseiller à l'Elysée pour « seménager l'avenir ».

Lire la vidéoAprès avoir assuré qu'il n'avait « pas livré ces enregistrements à la presse » car il« n'en disposait pas » et ne jouait pas « ce genre de jeu, un petit peu dangereux », Georges Buisson a affirmé sur Canal+ les avoir découverts « fin 2007-début 2008 », en copiant des fichiers de dictaphone à la demande de son père – avec lequel il est désormais fâché.

lemonde.fr
Lire la suite

Cinq gadgets qui auraient pu faire de Patrick Buisson un parfait espion

Plutôt qu'un dictaphone à cassettes, l'ancien ami de Nicolas Sarkozy aurait pu s'offrir du matériel high-tech. Du stylo au portemanteau, le Net regorge d'outils d'espionnage pas chers du tout.

Cinq gadgets qui auraient pu faire de Patrick Buisson un parfait espion

C'est donc avec un simple dictaphone caché dans la poche de sa veste, comme le révélait déjà Le Point il y a quelques semaines, que Patrick Buisson a enregistré à son insu Nicolas Sarkozy – et quelques autres amis. Un dictaphone. A cassettes (1). Bonjour la modernité. Car à l'ère numérique, se procurer des outils d'espionnage dignes des derniers James Bond est pourtant à la portée de clic de n'importe quel mari cocu. Petite revue des gadgets qui auraient pu parfaire la panoplie du « traitre » qu'est devenu Patrick Buisson.

telerama.fr
Lire la suite

Justice et politique : un mariage de raison ?

BALKANY, ANDRÉONI... LES FRANÇAIS REJETTENT LES AFFAIRES MAIS VOTENT POUR DES ÉLUS EN DÉLICATESSE AVEC LA JUSTICE

Slate dresse la liste de 26 maires de villes de plus de 10.000 habitants, qui ont eu des soucis avec la justice et qui se représentaient néanmoins à leur succession.

BALKANY, ANDRÉONI... LES FRANÇAIS REJETTENT LES AFFAIRES MAIS VOTENT POUR DES ÉLUS EN DÉLICATESSE AVEC LA JUSTICEPatrick Balkany a de l'humour: «Si on n'investit que ceux qui n'ont pas été condamnés par la justice, on n'a plus de candidats dans les Hauts-de-Seine.» Et Jean-Noël Guérini de la rancoeur: «Il y a 57 élus socialistes, maire de grandes villes, parlementaires ou présidents de conseils généraux, qui ont été mis en examen ou condamné et qui continuent à occuper d'éminentes fonctions.»

slate.fr
Lire la suite

Alain Juppé, privilégié de l'inéligibilité

Un maire condamné à dix ans de privation de droits civiques pour les mêmes motifs que lui.

Alain Juppé va longtemps traîner la condamnation de Versailles comme un boulet. Déjà, la clémence de la peine d'un an d'inéligibilité (au lieu des dix ans infligés en première instance) prononcée par la cour d'appel était observée avec suspicion par certains esprits chagrins. Et vendredi, la cour d'appel d'Aix-en-Provence a choisi, dans un contexte juridique absolument similaire à celui d'Alain Juppé, une solution opposée à celle de Versailles. Elle a confirmé les dix ans d'inéligibilité prononcés par le tribunal correctionnel de Tarascon contre le maire (UMP) de la ville, Jean Raynaud, suivant les réquisitions du parquet général. L'élu des Bouches-du-Rhône était poursuivi, comme Juppé, pour «prise illégale d'intérêt» pour avoir rendu constructibles des parcelles de terrains agricoles qui lui appartenaient. «Pour le tout-venant et la piétaille des élus, on applique la loi dans sa rigueur, et pour M. Juppé, dauphin du monarque, on applique la loi sur mesure», a confié Arnaud Montebourg à l'Associated Press.

liberation.fr
Lire la suite

Qu'est-ce qu'un « bon maire » ? Le cas Juppé, réélu haut la main à Bordeaux

(De Bordeaux) « Pourquoi un mec de gauche irait voter Juppé ? », répondait un riverain bordelais, visiblement un peu agacé à la lecture de notre appel à témoins (« Cherche électeurs de gauche votant Juppé »).

Qu'est-ce qu'un « bon maire » ? Le cas Juppé, réélu haut la main à BordeauxA Bordeaux pourtant, 32% des électeurs de François Hollande pensaient choisir Alain Juppé, selon un sondage daté de février dernier. Ce dimanche, le candidat UMP fête sa victoire dès le premier tour, comme en 1995 (50,28%), en 2001 (50,96%) ou en 2008 (56,62%).

A GAUCHE

Bordeaux a voté en 2012 à 57,18% pour François Hollande contre 42,82% pour Nicolas Sarkozy. En 2007, Ségolène Royal est arrivée en tête (52,44%), devant Nicolas Sarkozy (47,56%).

Aux dernières législatives (2012), c'est la candidate socialiste Michèle Delaunay qui est arrivée première dans la deuxième circonscription.Idem aux cantonales, en 2011.

Bordeaux vote plutôt à gauche aux scrutins nationaux (voir encadré), mais quand il s'agit de choisir leur maire, les électeurs plébiscitent la droite, au pouvoir depuis 1947.

Trois jours avant le premier tour, au marché des Capucins, le « ventre de Bordeaux », il n'était pas très difficile de trouver des électeurs de gauche emballés par le maire sortant.

rue89.nouvelobs.com
Lire la suite

1ER TOUR DES MUNICIPALES : LES ESCROCS ONT LE VENT EN POUPE !

La liste étant trop longue, je n'ai pris que 5 exemples significatifs.

Jean-François COPÉ : soupçonné de complicité de surfacturation et d'avoir bourré les urnes à l'UMP. Réélu à 64,30 % à Meaux.

Éric WOERTH : mis en examen pour recel et trafic d'influence. Réélu à 74,61 % à Chantilly.

Alain JUPPÉ : condamné à 14 mois de prison avec sursis et 10 ans d'inéligibilité en 2004 pour abus de confiance et recel d'abus de biens sociaux. Réélu à 59,35 % à Bordeaux.

Patrick BALKANY : condamné, en 1997, à 15 mois de prison avec sursis, 200 000 euros d'amende et deux ans d'inéligibilité en 1997 pour prise illégale d'intérêts : réélu au premier tour à Levallois-Perret à 51,56 %. Score minable, il nous la joue « petits-bras. »

blogs.mediapart.fr
Lire la suite