Chemises rouges et chemises jaunes se disputent

Ceux qui osent défier le roi

Sous l'interminable règne de Bhumibol, les condamnations pour crime de lèse-majesté pleuvent. Ils sont pourtant de plus en plus nombreux à braver celui qui se pose en héritier de Bouddha.

Rose Amornpat est une ravissante coiffeuse thaïlandaise qui vit à Londres. Chaque jour, elle poste sur sa page Facebook une nouvelle vidéo, où elle prononce un discours de quelques minutes.

Chaque mise en ligne déclenche des dizaines de milliers de clics. Avec ses grands yeux d'héroïne de manga et son décolleté vertigineux, on l'imagine dévoilant des secrets affriolants. Mais Rose est tout sauf une bimbo écervelée. Pour tous les Thaïlandais qui se battent pour la liberté d'expression dans leur pays, elle est même devenue, le 17 avril dernier, "l'ange de la démocratie", quand ses propres parents - qui résident à Bangkok - ont déposé contre elle une plainte pour "lèse-majesté", fournissant à l'appui de leur accusation sept vidéos dans lesquelles leur fille se paie la tête du roi, de la reine et de toute la famille régnante.

tempsreel.nouvelobs.com
Lire la suite

Un pas de plus dans la crise politique qui secoue la Thaïlande depuis six mois

Dans la rue depuis six mois, les manifestants antigouvernementaux ne démordent pas de l'idée d'instaurer à la place du cabinet intérimaire un "conseil du peuple", non élu, en charge de "réformes" du système. Ils ont lancé un ultimatum qui expire lundi 12 mai.

Un pas de plus dans la crise politique qui secoue la Thaïlande depuis six moisLe gouvernement intérimaire thaïlandais a prévenu dimanche 11 mai que la menace de l'opposition d'installer un cabinet non élu, après un ultimatum qui expire lundi, risquait de plonger le pays dans une nouvelle spirale de violences.

la-croix.com
Lire la suite

Thaïlande, crise politique : Suthep peut-il faire tomber le gouvernement pro-Thaksin ?

Alors que le conflit qui oppose le gouvernement au Comité du Peuple pour la Réforme de la Démocratie (PDRC) entre dans son sixième mois et a déjà fait 20 morts et des centaines de blessés, Suthep Thaugsuban, chef du mouvement d'insurrection, n'a jamais été aussi proche de son objectif : renverser le clan Shinawatra qui contrôle les affaires du pays depuis 2001 et imposer un comité révolutionnaire chargé de mettre en place des réformes dans l'objectif global est d'assainir le système politique gangréné par des hommes d'affaires corrompus, tout en consolidant le pouvoir des conservateurs et de Bangkok sur le reste du royaume, pouvoir dont les intérêts seraient menacés par des courants progressistes et anti-royalistes qui manipuleraient les classes populaires via le système du vote démocratique.

gavroche-thailande.com
Lire la suite

La tension monte en Thaïlande

Le gouvernement intérimaire thaïlandais a prévenu dimanche que la menace de l'opposition d'installer un cabinet non élu, après un ultimatum qui expire lundi, risquait de plonger le pays dans une nouvelle spirale de violences.

Dans la rue depuis six mois, les manifestants antigouvernementaux ne démordent pas de leur idée d'instaurer à la place du cabinet intérimaire un «conseil du peuple», non élu, responsable de «réformes» du système. Ils ont lancé un ultimatum qui expire lundi.

«Former un gouvernement non élu est illégitime et n'apporterait que plus de discorde et de violence», a estimé dimanche Tarit Pengdith, patron du Département des enquêtes spéciales (DSI) du ministère de la Justice.

Les autorités «renforceront les mesures de maintien de l'ordre pour résoudre le problème», a-t-il averti durant un point presse télévisé de ses services, chargés des opérations de sécurité depuis le début de la crise il y a six mois.

lapresse.ca
Lire la suite